The Corpse Drivers

Club de Corbillards - Hearse Club -
 
AccueilPortailFAQRechercherS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 L'histoire funéraire en un clin d'oeil

Aller en bas 
AuteurMessage
pscy
Thanatopracteur
Thanatopracteur
avatar

Nombre de messages : 3291
Age : 44
Localisation : Namur - Belgique
Date d'inscription : 15/04/2007

MessageSujet: L'histoire funéraire en un clin d'oeil   Dim 27 Jan - 19:21

L'histoire funéraire en un clin d'oeil



Depuis l'ancien Empire en Egypte, quand on ne voulait pas brûler les corps, on les inhumait dans des enveloppes de pierre rectangulaires qui devinrent plus tard les sarcophages (du grec sarx, sarkos, chair, et phagein, dévorer). Des caisses de bois, de pierre calcaire, de basalte ou de granit furent d'abord utilisées jusqu'à s'adapter à la forme de la momie.
La Grèce les adopta (période hellénistique) puis Rome. Les sarcophages romains (sarcophagus en latin) étaient décorés de scènes de chasse, de guerre ou du métier du défunt. Les Chrétiens représentaient plutôt le Christ et les Apôtres puis les figures disparurent au profit de bas-reliefs ornementaux.


En Europe occidentale, on observa, pour le riche qui pouvait se l'offrir, le développement progressif de la tombe rectangulaire à partir du IVème siècle avant Jésus-Christ. Les fouilles archéologiques ont permis de mettre à jour des sites gallo-romains et mérovingiens composés de dalles de pierre en forme de coffre.

Le poids était tel que le sarcophage ne pouvait être déplacé. Il fallait donc l'assembler sur le lieu d'inhumation.

Sur son lit de mort, le défunt recevait les derniers sacrements (aspersion d'eau bénite, fumigation d'encens) par un ecclésiastique puis son corps était enveloppé dans un linceul de grosse toile d'étoupe appelée "sarpillière" (1). Seul le visage restait apparent.

Le corps enveloppé était alors placé sur un brancard, appelée "bière" (du francique bera, civière) pour être porté, sur une courte distance, jusqu'au sarcophage en empruntant un parcours rituel immuable (1).

Il était suivi par un "convoi" de pleureuses et de porte-chandelles qui, en compagnie d'autres suiveurs, tentaient d'éloigner les esprits par des jets de pierre (1).

Après avoir déposé le corps dans le sarcophage et procédé au rituel de présentation du défunt, la "sarpillière" était cousue, enveloppant le visage.

Les pauvres n'avaient droit qu'à la "sarpillière" cousue pour être inhumés directement en terre et souvent en fosse commune.

Selon certains, il existait des coutumes d'ensevelissement dans des arbres creux.

Pour le transport sur plus longue distance, le sarcophage de pierre, trop lourd, n'était pas adapté. Il fut donc progressivement remplacé par une enveloppe de cuir qui reposait sur un cylindre de bois porté par deux chevaux puis par le cercueil (serceu en vieux français) de bois (1).

(1) Philippe ARIES. " L’homme devant la mort ". Points Histoire. Le Seuil. 1977.


Source : http://www.obseques-liberte.com
Revenir en haut Aller en bas
Admin
Admin
avatar

Nombre de messages : 4784
Localisation : France
Date d'inscription : 15/04/2007

MessageSujet: Re: L'histoire funéraire en un clin d'oeil   Dim 27 Jan - 23:13

cheers

J'avais déja croisé ces pages et je m'était toujours dit qu'il faudrait les archiver ici !
Voilà un bon début pour de plus uamples recherches !
Revenir en haut Aller en bas
http://thecorpsedrivers.coolbb.net
 
L'histoire funéraire en un clin d'oeil
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» faire le ménage en un clin d'oeil
» La mort des strip-teases funéraires
» Occase clin d'oeil !
» l'histoire de mon cheval et de son oeil ...
» Hommage à Daniel Couque

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
The Corpse Drivers :: Art et Culture :: Us et Coutumes-
Sauter vers:  
Créer un forum | © phpBB | Forum gratuit d'entraide | Signaler un abus | Forum gratuit